calme

Parce que c’est nécessaire, voire obligatoire.

Parce que c’est peu classique et qu’il va falloir chercher un peu plus.

Parce que c’est important que je ralentisse ce cerveau qui n’en fait qu’à sa tête ! En même temps, je l’ai peu ménagé, ou plutôt je l’ai fortement mis à contribution pour garder mon équilibre, funambule que je suis.

En fait, qu’ai-je donc utilisé, mon cerveau ou mon esprit ? Le cerveau pense et l’esprit observe ces pensées ? Je crois que j’ai avancé un tout petit peu dans la maitrise de cet esprit, qui gère légèrement mieux tout ce déferlement de sensations que saisie ma matière grise.

Malheureusement, ça ne suffit pas. Car à un moment ou un autre le corps s’affirme, voulant prendre le dessus, avec ses cellules limitées, sur l’immensité intérieure et extérieure qu’offre la conscience de la conscience.

Alors, il me faut du calme, pour apaiser cette armée d’anticorps qui m’a envahie et qui semblent me donner une nouvelle leçon.

Et pour cela, même l’écriture est un effort qui risque de me sortir de ma fragile bulle et me sentir encore plus épuisée.

Je continue tranquillement à écrire mes petites fiches pour alimenter ce blog lorsque j’aurais repris des forces.

Pour le moment, je me pose…