05 juin 2018

L'hypersensibilité

Aujourd’hui, je me suis réveillée tranquillement, entourée de mes trois chats peluche qui me guettent chaque matin. J’aime le gros ronron de Diégo lorsqu’il s’installe sur ma poitrine, met ses deux pates sur mon visage et frotte son museau sur mon nez pour être sûr d’obtenir des baisers. Evidence, elle, se roule sur la place vide de David. Je ne sais pas trop si elle s’enveloppe de son odeur, ou si elle reprend son territoire auprès de moi. Eliot, quant à lui, se tient au bout du lit, avec son regard insolent et presque insatisfait... [Lire la suite]